Mali : l’hôpital de Gao à nouveau fonctionnel

L’accès aux soins de santé est un défi majeur pour les populations du nord du Mali touchées par les violences armées. À Gao, grâce aux efforts du CICR et notamment à la remise de matériel chirurgical, l’hôpital fonctionne à nouveau.

« Il y a quelques semaines encore, dans l’hôpital pillé et déserté par son personnel, il n’y avait ni eau ni électricité, faute de carburant pour alimenter le générateur », explique Attaher Maiga, chef du bureau du CICR à Gao. « Les habitants de Gao et de ses environs se trouvaient dans le désarroi. Des femmes enceintes sont décédées faute de soins appropriés et il y avait des blessés par balle dans des conditions dramatiques. »

Ce jeudi 10 mai, le CICR remet à l’hôpital un important stock de matériel chirurgical acheminé depuis Niamey, au Niger voisin. Cette assistance vient s’ajouter aux deux livraisons de médicaments et de matériel médical effectuées à Gao en avril. Au total, ces distributions permettront la prise en charge de près de 500 malades et d’une centaine de blessés. Le retour d’une partie du personnel a rendu possible ce soutien du CICR à la reprise des activités de l’hôpital, qui est la structure sanitaire de référence pour toute la région.

Une fois passés les premiers jours de violences et de pillages, le CICR et la Croix-Rouge malienne ont mesuré l’ampleur de la dévastation à l’hôpital de Gao. Afin de maintenir le courant électrique et une production d’eau potable autonome dans cet établissement, le CICR approvisionne le générateur en carburant depuis le 12 avril.

Ces derniers jours, deux médecins et un infirmier sont venus renforcer l’équipe mise à la disposition de l’hôpital par le CICR pour prendre en charge les malades. Une infirmière et une sage-femme y sont déjà en poste depuis un mois. De plus, un chirurgien et un anesthésiste ont évalué les besoins dans l’hôpital du 21 au 24 avril.

Grâce aux efforts du personnel de santé et au soutien du CICR, l’hôpital de Gao est de nouveau fonctionnel. Entre le 12 avril et le 9 mai, environ 1200 consultations ont été réalisées, dont près de 230 consultations gynéco-obstétriques comprenant 93 accouchements (18 par césarienne). En outre, plus de 460 enfants ont été pris en charge, essentiellement pour des maladies diarrhéiques et des accès de paludisme. Pendant la même période, neuf blessés ont subi une intervention chirurgicale d’urgence.

Informations complémentaires :
Germain Mwehu, CICR Niamey, tél. : +227 97 45 43 82
Steven Anderson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 20 11 ou +41 79 536 92 50

Previous Mali : l'accès aux soins reste un défi dans le nord
Next Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Ceci peut aussi vous intéresser

Les populations du nord restent dépendantes de l’aide humanitaire

Malgré des conditions de sécurité encore précaires, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge malienne poursuivent un vaste programme d’assistance alimentaire en faveur d’un demi-million de personnes

Hommage à Nelson Mandela

Déclaration du président du CICR, Peter Maurer, à l’occasion du décès de l’ancien président d’Afrique du Sud, Nelson Mandela. C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris le décès de

la situation humanitaire dans le nord, entre l’espoir et le doute

Les récents combats et les mouvements de troupes ont forcé des milliers de personnes à se déplacer dans le pays ou à se réfugier dans les pays voisins. Certaines de

Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Au nord du Mali, la situation humanitaire des populations déplacées et résidentes est alarmante, et le flux de déplacés aggrave l’insécurité alimentaire dans d’autres régions du pays non directement touchées

Les personnes déplacées hésitent à prendre le chemin du retour

L’instabilité, les violences et les combats au nord du Mali n’incitent pas les personnes déplacées à retourner chez elles. De nouveaux déplacements ont même été observés, et ces groupes viennent

République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse

En raison de l’insécurité qui prévaut en République centrafricaine (RCA), des dizaines de milliers de personnes n’osent pas quitter la brousse, ce qui les rend vulnérables au paludisme et aux

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier à Commentez cet article ?