Dans le nord, l’accès à l’eau potable est une priorité

La situation humanitaire dans le nord du Mali reste préoccupante. À l’extrême nord-est, les déplacés manquent d’eau et de nourriture. Le CICR et la Croix-Rouge malienne s’efforcent de répondre aux besoins les plus urgents des populations touchées par le conflit.

« Le pays fait face à une situation humanitaire difficile », affirme Jean Nicolas Marti, chef de la délégation régionale du CICR pour le Mali et le Niger. « Dans le nord, l’accès à l’eau potable demeure une préoccupation majeure, tant pour les populations récemment déplacées de Tin Zaouatène, près de la frontière algérienne, que dans certains centres urbains de Ménaka, Tombouctou ou Gao ».

Les équipes du CICR et de la Croix-Rouge malienne ont procédé à une distribution de jerricanes et de tablettes de purification d’eau pour près de 5 400 personnes déplacées dans la commune de Tin Zaouatène. Des travaux de réhabilitation de puits sont également en cours à Akharabane et Achibriche, autres sites proches de la frontière algérienne qui accueillent des déplacés. La situation est d’autant plus préoccupante que la population locale doit partager ses maigres ressources avec les nouveaux venus.

Par ailleurs, 3 000 litres de carburant ont récemment été remis à la station de pompage de Ménaka, ville d’environ 23 000 habitants, afin de permettre son fonctionnement. Il en va de même à Gao où 20 000 litres ont été livrés.

À Tombouctou, ville d’environ 40 000 habitants, ce sont 33 000 litres de carburant qui ont été acheminés, afin de faciliter l’approvisionnement en eau potable. Avec ce soutien, la ville dispose désormais d’une réserve suffisante pour les 3 à 4 semaines à venir.

Le CICR assure ainsi l’approvisionnement en eau dans les principales villes du nord du Mali, à Gao, Tombouctou et Kidal, depuis début 2012.

Un soutien aux familles déplacées à Tin Zaouatène

Le CICR et la Croix-Rouge malienne ont distribué des articles de première nécessité (bâches, articles d’hygiène, ustensiles de cuisine, vêtements, moustiquaires etc.) pour environ 4 000 personnes déplacées à Tin Zaouatène. Environ 165 tonnes de vivres devraient en outre être distribuées dans les prochains jours pour 9 000 personnes.

Hôpital de Gao : soins aux blessés

À la suite des récents combats qui se sont déroulés à Gao, 13 nouveaux blessés ont été accueillis à l’hôpital soutenu par le CICR. Dans ce centre médical de référence pour la région, 341 consultations, 46 hospitalisations et 12 accouchements ont eu lieu la semaine passée.

Visite aux détenus à Mopti, Sévaré et Bamako

Depuis la reprise des hostilités au Mali, de nombreuses allégations font état d’arrestations. Le CICR poursuit son dialogue avec les parties au conflit pour avoir accès à toutes les personnes arrêtées et détenues en relation avec les hostilités, sur l’ensemble du territoire malien.

Des délégués du CICR ont pu visiter des personnes détenues par les autorités maliennes, à Mopti, à Sévaré et à Bamako, pour évaluer leurs conditions de détention et leur traitement. Les observations et recommandations éventuelles sont discutées avec les autorités détentrices, dans le cadre du dialogue bilatéral et confidentiel que le CICR mène avec elles.

Informations complémentaires :
Valery Mbaoh Nana, CICR Niamey, tél. : +227 97 45 43 82 ou +223 76 99 63 75
Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 49 ou +41 79 244 64 05

Previous Des déplacés vivent dans une extrême précarité à Tin Zaouatène
Next l'accès à l'eau potable reste une préoccupation majeure pour les populations dans le nord du pays

Ceci peut aussi vous intéresser

la situation humanitaire dans le nord, entre l’espoir et le doute

Les récents combats et les mouvements de troupes ont forcé des milliers de personnes à se déplacer dans le pays ou à se réfugier dans les pays voisins. Certaines de

République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse

En raison de l’insécurité qui prévaut en République centrafricaine (RCA), des dizaines de milliers de personnes n’osent pas quitter la brousse, ce qui les rend vulnérables au paludisme et aux

Formation de professionnels de la santé à la chirurgie de guerre

Niamey/Bamako (CICR) – Une trentaine de praticiens de la santé du Niger et du Mali se familiariseront avec les techniques spécifiques de la chirurgie de guerre lors d’un atelier organisé

Les populations du nord restent dépendantes de l’aide humanitaire

Malgré des conditions de sécurité encore précaires, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge malienne poursuivent un vaste programme d’assistance alimentaire en faveur d’un demi-million de personnes

l’accès à l’eau potable reste une préoccupation majeure pour les populations dans le nord du pays

Le CICR travaille à fournir de l’eau potable en particulier là où des cas de choléra ont été récemment signalés, et tente d’améliorer les conditions de vie des détenus et

Des déplacés vivent dans une extrême précarité à Tin Zaouatène

Le conflit au Mali continue de provoquer des déplacements de population. Si certaines personnes déplacées retournent actuellement chez elles, essentiellement dans le centre du pays, une grande partie préfère pour

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier à Commentez cet article ?