Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Au nord du Mali, la situation humanitaire des populations déplacées et résidentes est alarmante, et le flux de déplacés aggrave l’insécurité alimentaire dans d’autres régions du pays non directement touchées par les violences armées. Le CICR a commencé à distribuer des vivres à plus de 23 000 déplacés dans la région de Mopti, au centre du pays, ainsi que du carburant aux deux grandes villes du nord, Tombouctou et Kidal.

« Au Mali, la solidarité des populations résidentes envers les déplacés est remarquable. Les habitants partagent le peu qu’ils ont avec les déplacés, témoigne Juerg Eglin », chef de la délégation régionale du CICR pour le Mali et le Niger. « Il faut rapidement soulager les efforts des résidents en apportant une assistance rapide dans les zones qui connaissent un afflux de déplacés », ajoute-t-il. Au nord particulièrement, la situation humanitaire est très préoccupante pour des centaines de milliers d’habitants des centres urbains, mais aussi pour les agriculteurs et les éleveurs à la veille de la saison agricole, car le pays traverse une grave crise alimentaire.

Quelque 32 000 personnes déplacées dans la région de Mopti

Dans la région de Mopti, au centre du pays, où il vient d’ouvrir un bureau, le CICR estime à quelque 32 000 le nombre des personnes qui ont fui les violences plus au nord. Ces personnes sont essentiellement logées dans des familles d’accueil. Pourtant, par suite des mauvaises récoltes de l’année dernière, la région manque de céréales. Dans certaines localités, les dernières réserves sont épuisées depuis longtemps et des familles commencent à cueillir des feuilles d’arbres pour se nourrir. L’afflux massif de déplacés aggrave de ce fait une situation alimentaire qui était déjà difficile.

En collaboration avec la Croix-Rouge malienne, le CICR a entamé le 23 mai une distribution de vivres pour plus de 23 000 déplacés dans les cercles de Djenné, Bandjagara, Bankass et Koro dans la région de Mopti. La semaine dernière, la Croix-Rouge malienne, avec le soutien du CICR, a également distribué du riz et du mil à quelque 9 000 déplacés, ainsi que des articles ménagers essentiels à 1 200 familles de déplacés dans les régions de Sikasso, Ségou et Mopti.

Maintien de l’approvisionnement en eau à Tombouctou et Kidal

Dans les villes de Tombouctou et de Kidal, l’eau potable risque de manquer dans les jours à venir. Faute de carburant pour alimenter les générateurs qui font fonctionner les pompes des forages et les stations de traitement, la production d’eau potable sera interrompue, privant d’eau potable les habitants de ces deux grandes villes du nord du Mali. Pour éviter une telle situation, dont les conséquences humanitaires seraient dramatiques pour des milliers de personnes, le CICR a décidé de fournir du fuel pour alimenter les deux générateurs des deux villes. À Gao déjà, où le CICR soutient l’hôpital de la ville, l’institution approvisionne la centrale électrique en fuel depuis le 8 avril afin d’assurer la production d’eau potable.

Des agriculteurs et des éleveurs aux prises avec de grandes difficultés

Par suite des mauvaises récoltes de la campagne 2011/2012, les stocks sont au minimum et les agriculteurs ne peuvent pourvoir à leurs besoins alimentaires sans assistance. Pour les éleveurs, la campagne pastorale est également loin d’avoir répondu aux attentes. Le bilan fourrager est déficitaire et perturbe sérieusement les mouvements de bétail sur les marchés et les parcours pastoraux. Par ailleurs, l’insécurité empêche les acheteurs de se déplacer et les éleveurs n’arrivent plus à vendre leur bétail au Mali et dans les pays de la région. Étant donné que le manque de fourrage réduit chaque jour un peu plus la capacité des animaux à se déplacer à la recherche de rares pâturages et d’eau, les éleveurs sont obligés de les brader auprès des rares acheteurs qu’ils peuvent encore trouver sur les marchés locaux.

De manière générale, l’accès aux céréales reste un problème crucial pour les populations du nord. L’approvisionnement est fortement perturbé par le conflit et l’insécurité, et sur les marchés locaux, les prix des denrées de première nécessité croissent de façon exponentielle. Dans les centres urbains, les banques ne fonctionnent plus, les travailleurs ne perçoivent plus leur salaire, le pouvoir d’achat s’effrite inexorablement, et l’accès aux produits et services sur les marchés s’avère très difficile faute d’argent comptant.

« Il faut absolument que nous puissions avoir accès à ces populations dont les besoins sont énormes et urgents. Il faudra d’une part donner des semences aux agriculteurs pour qu’ils puissent cultiver leurs champs et espérer une récolte cette année, et d’autre part approvisionner les éleveurs en aliments pour bétail tout en procédant à un déstockage d’urgence et au traitement vétérinaire afin de préserver le reste du cheptel », estime Juerg Eglin.

Transfert de détenus libérés

En sa qualité d’intermédiaire neutre, le CICR a facilité le retour de huit personnes originaires du nord du pays libérées à Bamako où elles étaient détenues en lien avec la crise qui touche le nord du pays. Après avoir transité par Niamey, ces personnes ont pu retrouver leur famille à Gao ce vendredi 25 mai. Pendant leur détention à Bamako, elles ont été visitées deux fois par le CICR.

Informations complémentaires :
Germain Mwehu, CICR Niamey, tél. : +227 97 45 43 82
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17

Previous Mali : l'hôpital de Gao à nouveau fonctionnel
Next la situation humanitaire dans le nord, entre l'espoir et le doute

Ceci peut aussi vous intéresser

République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse

En raison de l’insécurité qui prévaut en République centrafricaine (RCA), des dizaines de milliers de personnes n’osent pas quitter la brousse, ce qui les rend vulnérables au paludisme et aux

Mali : l’accès aux soins reste un défi dans le nord

Au Mali, malgré une certaine normalisation politique, le conflit armé, qui dure depuis bientôt deux ans, rend difficile l’accès aux soins de santé pour les habitants du nord du pays.

Dans le nord, l’accès à l’eau potable est une priorité

La situation humanitaire dans le nord du Mali reste préoccupante. À l’extrême nord-est, les déplacés manquent d’eau et de nourriture. Le CICR et la Croix-Rouge malienne s’efforcent de répondre aux

Hommage à Nelson Mandela

Déclaration du président du CICR, Peter Maurer, à l’occasion du décès de l’ancien président d’Afrique du Sud, Nelson Mandela. C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris le décès de

Mali : l’hôpital de Gao à nouveau fonctionnel

L’accès aux soins de santé est un défi majeur pour les populations du nord du Mali touchées par les violences armées. À Gao, grâce aux efforts du CICR et notamment

l’accès à l’eau potable reste une préoccupation majeure pour les populations dans le nord du pays

Le CICR travaille à fournir de l’eau potable en particulier là où des cas de choléra ont été récemment signalés, et tente d’améliorer les conditions de vie des détenus et

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier à Commentez cet article ?