Activités de la Croix-Rouge malienne et du CICR en février 2013

En février 2013, la Croix-Rouge malienne et le CICR ont apporté une assistance à des milliers de personnes au Mali. Ils leur ont fourni une aide directe en distribuant des secours, en vaccinant du bétail, en soutenant les services de santé, en reconstruisant des points d’eau ou en visitant des prisonniers. Ils ont également mené une action préventive, en organisant des séances de sensibilisation au droit international humanitaire à l’intention de plusieurs centaines de militaires.

Distribution de vivres, distribution d’articles ménagers essentiels et appui aux éleveurs

Régions de Gao et Kidal

  • Distribution de 800 kits d’articles ménagers essentiels, comprenant des couvertures, des nattes, des bâches, des seaux, des pagnes, des moustiquaires, du savon, des ustensiles de cuisine et des kits d’hygiène, à 800 familles déplacées dans la commune de Tinzaouatène.
  • Distribution de 1 100 rations alimentaires dans la commune de Tinzaouatène. Ration par famille : 75 kg de riz, 25 kg de semoule, 10 l d’huile, 1 kg de sel.
  • Distribution de semences et d’outils pour le maraîchage à deux associations/groupements, dans la ville d’Ansongo. Au total, 41 membres (dont 13 femmes) ont reçu 10 arrosoirs, 20 binettes, 10 brouettes, 20 râteaux, 10 pelles, 2 kg de semences de carottes et 1,6 kg de semences de betteraves. Objectif : les aider à relancer les activités génératrices de revenus.
  • Distribution de semences et d’outils pour le maraîchage à cinq associations/groupements, dans la ville de Gao et la commune rurale de Gounzoureye. En tout, 477 membres (dont 377 femmes) ont reçu 155 arrosoirs, 105 binettes, 60 brouettes, 75 râteaux, 60 pelles, 15,5 kg de semences de carottes, 29,8 kg de semences de betteraves et 10 kg de semences d’oignons. Cette assistance permettra d’améliorer leur situation sur le plan alimentaire et de relancer leurs activités économiques.
  • Poursuite de la campagne de vaccination et de traitement du cheptel dans le nord du pays (1,5 million de têtes de bétail concernées).

Région de Mopti

Distribution de vivres à 270 ménages de Korientzé et Sendegué (villes proches de Konna). Des familles ont reçu 75 kg de riz, 20 kg de haricots, 5 l d’huile et 1 kg de sel. Au total, 20 250 kg de riz, 5 400 kg de haricots, 1 350 litres d’huile et 270 kg de sel ont été distribués.

Accès aux soins de santé

Hôpital de Gao

  • Soutien multiforme à l’hôpital de Gao.
  • Présence d’une équipe médico-chirurgicale du CICR.
  • Don de médicaments et de matériel pour la prise en charge des malades et des blessés.
  • Renforcement de l’équipe médicale avec un chirurgien supplémentaire.
  • Enregistrement de 950 consultations, 138 hospitalisations, 16 blessés et 18 accouchements.

Centres de santé

Approvisionnement en médicaments (pour 3 mois) des centres de santé communautaire de Tombouctou (Ber, Téherdjé, Beregoungou) et de deux centres de santé communautaire dans la région de Gao (N’tillit et Tessit).

Accès à l’eau

Région de Kidal

  • Fourniture de carburant (30 000 l) à la compagnie Énergie du Mali (EDM).
  • Remise en état de points d’eau et de latrines utilisés par les déplacés et les résidents à Tinzaouatène.
  • Remise en état de puits utilisés par les déplacés de Tinzaouatène.
  • Distribution de 54 000 sachets de produit de purification de l’eau et de 1 050 jerrycans en plastique à 1 100 familles sur les trois sites de Tinzaouatène (Achibriche, Akharabane et Tintamalène).
  • Repérage de lieux potentiels pour la construction de puits et de latrines sur les trois sites de Tinzaouatène (Achibriche, Akharabane et Tintamalène).

Région de Gao

  • Fourniture de carburant à la compagnie Énergie du Mali (EDM) (20 000 l) et à l’hôpital de Gao (400 l).
  • Don d’un générateur de 150 kVA à l’hôpital de Gao pour assurer son autonomie en électricité.
  • Fourniture de carburant à la station de pompage de Ménaka (3 000 l).
  • Assainissement (gestion des déchets solides et liquides) de l’hôpital.

Région de Tombouctou

Fourniture de carburant à la compagnie Énergie du Mali (EDM) (30 000 l et 12 800 l).

Région de Mopti

Travaux de raccordement de la maison d’arrêt de Sévaré aux réseaux d’eau et d’électricité.

Diffusion du droit international humanitaire (DIH)

Le CICR poursuit l’organisation de séances de sensibilisation au droit international humanitaire (DIH), notamment à l’intention des forces armées maliennes et des contingents étrangers de la MISMA. Des séances ont eu lieu à Bamako, Ségou, Markala et Banamba, et plusieurs centaines de militaires y ont assisté.

Visites aux personnes arrêtées et détenues dans le cadre du conflit

  • Des délégués du CICR poursuivent leurs visites aux personnes arrêtées et détenues pour des raisons liées au conflit. Ces visites ont lieu notamment à Bamako, Mopti, Gao, Tombouctou et Kidal.
  • Le CICR poursuit son dialogue avec toutes les parties au conflit pour avoir accès à toutes les personnes arrêtées et détenues dans ce cadre.

Informations complémentaires :

Valery Mbaoh Nana, CICR Bamako et Niamey, tél. : +227 97 45 43 82 ou +223 76 99 63 75

Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 49 ou +41 79 244 64 05

Previous Les personnes déplacées hésitent à prendre le chemin du retour
Next Les populations du nord restent dépendantes de l'aide humanitaire

Ceci peut aussi vous intéresser

Dans le nord, l’accès à l’eau potable est une priorité

La situation humanitaire dans le nord du Mali reste préoccupante. À l’extrême nord-est, les déplacés manquent d’eau et de nourriture. Le CICR et la Croix-Rouge malienne s’efforcent de répondre aux

Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Au nord du Mali, la situation humanitaire des populations déplacées et résidentes est alarmante, et le flux de déplacés aggrave l’insécurité alimentaire dans d’autres régions du pays non directement touchées

République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse

En raison de l’insécurité qui prévaut en République centrafricaine (RCA), des dizaines de milliers de personnes n’osent pas quitter la brousse, ce qui les rend vulnérables au paludisme et aux

l’accès à l’eau potable reste une préoccupation majeure pour les populations dans le nord du pays

Le CICR travaille à fournir de l’eau potable en particulier là où des cas de choléra ont été récemment signalés, et tente d’améliorer les conditions de vie des détenus et

Des déplacés vivent dans une extrême précarité à Tin Zaouatène

Le conflit au Mali continue de provoquer des déplacements de population. Si certaines personnes déplacées retournent actuellement chez elles, essentiellement dans le centre du pays, une grande partie préfère pour

Les personnes déplacées hésitent à prendre le chemin du retour

L’instabilité, les violences et les combats au nord du Mali n’incitent pas les personnes déplacées à retourner chez elles. De nouveaux déplacements ont même été observés, et ces groupes viennent

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier à Commentez cet article ?