Formation de professionnels de la santé à la chirurgie de guerre

Niamey/Bamako (CICR) – Une trentaine de praticiens de la santé du Niger et du Mali se familiariseront avec les techniques spécifiques de la chirurgie de guerre lors d’un atelier organisé à Niamey du 16 au 18 septembre par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« Cette formation, la deuxième après celle organisée en 2008, vise à renforcer les capacités des services de santé dans un contexte humanitaire où les besoins de prise en charge des blessés par balle ou par mine sont une réalité », déclare Jean-Nicolas Marti, chef de la délégation du CICR pour le Niger.

Durant trois jours, chirurgiens, anesthésistes, infirmiers et kinésithérapeutes, dont certains des services de santé des armées, auront l’occasion d’échanger leurs expériences et d’aborder différents thèmes, notamment la balistique, la gestion d’un afflux massif de blessés, l’hygiène, les techniques de pansement, et la réadaptation physique des amputés.

« Ce sera l’occasion de transmettre de manière pragmatique le savoir-faire du CICR, fondé sur plus de 50 années d’expérience, en matière de traitement des blessés de guerre dans des situations de ressources limitées », explique le docteur Hassan Nasreddine, chirurgien-chef du CICR qui interviendra lors de cet atelier.

Au Niger et au Mali où il est présent depuis plusieurs années, le CICR apporte notamment, un appui à des structures de santé et soutient de larges campagnes de vaccination. L’hôpital de Gao, la plus grande structure médicale dans le nord du Mali, est entièrement soutenu par le CICR. Au Niger, le CICR a remis en état le centre orthopédique de l’hôpital de Niamey.

Informations complémentaires :
Oumarou Daddy Rabiou, CICR Niamey, tél. : +227 96 66 99 12
Valery Mbaoh Nana, CICR Bamako, tél. : +223 76.99.63.75
Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 49 ou +41 79 244 64 05

Previous Les populations du nord restent dépendantes de l'aide humanitaire
Next Hommage à Nelson Mandela

Ceci peut aussi vous intéresser

Activités de la Croix-Rouge malienne et du CICR en février 2013

En février 2013, la Croix-Rouge malienne et le CICR ont apporté une assistance à des milliers de personnes au Mali. Ils leur ont fourni une aide directe en distribuant des

Les populations du nord restent dépendantes de l’aide humanitaire

Malgré des conditions de sécurité encore précaires, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge malienne poursuivent un vaste programme d’assistance alimentaire en faveur d’un demi-million de personnes

Des déplacés vivent dans une extrême précarité à Tin Zaouatène

Le conflit au Mali continue de provoquer des déplacements de population. Si certaines personnes déplacées retournent actuellement chez elles, essentiellement dans le centre du pays, une grande partie préfère pour

l’accès à l’eau potable reste une préoccupation majeure pour les populations dans le nord du pays

Le CICR travaille à fournir de l’eau potable en particulier là où des cas de choléra ont été récemment signalés, et tente d’améliorer les conditions de vie des détenus et

Les personnes déplacées hésitent à prendre le chemin du retour

L’instabilité, les violences et les combats au nord du Mali n’incitent pas les personnes déplacées à retourner chez elles. De nouveaux déplacements ont même été observés, et ces groupes viennent

Mali : la situation humanitaire des populations du nord et du centre est alarmante

Au nord du Mali, la situation humanitaire des populations déplacées et résidentes est alarmante, et le flux de déplacés aggrave l’insécurité alimentaire dans d’autres régions du pays non directement touchées

0 Commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier à Commentez cet article ?